Lori bleu, ou Vini peruviana

Les espèces de becs crochus sauvages, interdites à la détention en captivité, ou éteintes
Avatar de l’utilisateur
angelk
Site Admin
Site Admin
Messages : 47004
Enregistré le : 25 Mai 2010, 23:53

Lori bleu, ou Vini peruviana

Messagepar angelk » 19 Sep 2010, 15:13

Lori bleu, ou Vini peruviana

lori-bleu-oiseau-nectarivore-psittacidé-perroquet-animaux-animogen.jpg


Le lori bleu est une espèce endémique de Polynésie française et des Îles de Cook. Il a été identifié pour la première fois par Müller en 1776. On le rencontrait à l'origine sur 23 des îles entourant Tahiti, mais de nos jours, seules huit d'entre elles ont encore la chance de l'accueillir. Il ne mesure que 18cm. S'il est en bonne santé, il peut espérer atteindre 15 à 20 ans.
C'est un petit oiseau au plumage bleu nuit et au bec orange. Ses joues et gorge et ses jouet sont blanches, formant une sorte de bavoir adorable. Les plumes du dessus de sa tête peuvent se relever et présentent des stries. Ses pattes sont oranges et ses yeux jaunes, tirant sur le brun. Sa queue est assez courte, avec un bout arrondi. Il n'y a aucun dimorphisme sexuel.

Il se déplace en petites colonies de moins de dix individus, évoluant dans les palmeraies et les champs cultivés de bananes et de noix de coco. Il nidifie entre mai et août dans les noix de coco pourries sur l'arbre ou le creux des cocotiers, qui lui fournissent aussi une partie de sa nourriture. Parfois, il lui arrive de s'installer dans un nid abandonné. La femelle pond deux œufs, qui écloront après 21 à 25 jours. Elle couve dès que le deuxième est pondu. Les petits sont complètement bleus, avec un bec et des pattes noirs. Ils sortent du nid après 13 semaines et sont sevrés au bout de 13. En captivité, en revanche, les parents ont du mal à prendre soin correctement de leur progéniture, et l'EAM (élevage à la main) n'est pas rare. Les jeunes sont matures à 8 mois. Seul un sexage ADN permet de distinguer les femelles des mâles.

Son habitat est menacé par des espèces invasives, comme le rat noir européen, qui s'en prend à leurs oeufs, et certains rapaces qui se nourrissent d'oiseaux, et les chats. Les moustiques, vecteurs de la malaria aviare présentent également un grand danger pour le lori bleu. Tous les spécimens recueillis qui ne peuvent être relâchés dans leur milieu naturel sont placés dans des élevages entrant dans le cadre du programme de protection de cette espèce, pour tenter d'en assurer la survie.
C'est un animal actif et joueur, mais sa sensibilité le rend très difficile à élever en captivité. Souvent des morts soudaines et inexplicables se produisent.
Il est nectarivore, comme les autres loris, mais les bactéries se développant dans son aliment de prédilection peuvent s'avérer très dangereuses pour lui. Une hygiène stricte est donc de rigueur, avec un régime alimentaire comprenant du miel pour lori, du pollen, de la levure de bière, des flocons d'avoine, des vitamines et des compléments minéraux, de la vitamine C, de la biscotte ramollie, des baies, des fruits (mangue, banane, poire, grenade, raisin) et quelques insectes. Des branches fraîchement cueillies, si possibles avec des bourgeons, sont également fort appréciées, ainsi que des fleurs et des feuilles.

A l'état sauvage, il en existe très peu, et en captivité il n'est pas disponible, étant donné son degré de rareté. Depuis 1940, aucun n'a été vu à Tahiti. Il fait partie des espèces vulnérables.

lori-bleu-oiseau-nectarivore-groupe-psittacidé-perroquet-animaux-animogen.jpg


Sources :
http://www.exotic-pet-birds.info/differ ... ikeet.html

http://cookislands.bishopmuseum.org/species.asp?id=8852

http://www.avianweb.com/tahitianlories.html

http://www.parrots.org/index.php/encycl ... _lorikeet/

http://besgroup.talfrynature.com/2007/0 ... r-nunbird/

Retourner vers « Espèces sauvages »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités